Catégories
Economie Finance Fiscal France Ménages Social

Après l’effort du travail pas de réconfort fiscal de l’épargne

Il fut un temps où l’on recommandait aux Français d’épargner, notamment en vue de leur retraite compte tenu de la dégradation prévisible d’un système cinquantenaire due aux effets croisés de l’évolution démographique et de l’allongement de l’espérance de vie. Les revenus tirés de cette capitalisation individuelle leur seraient bien utiles pour compléter les pensions servies par les régimes collectifs de retraite par répartition en cure d’amaigrissement prolongée.

Certains ont réussi à épargner ce qu’ils n’avaient pas consommé en prévision de leurs besoins à venir, investissant dans l’immobilier, les titres ou l’assurance-vie.

Ceux là pouvaient jusqu’à ce jour être satisfaits voire fiers de leur effort d’épargne dont ils profiteraient directement sous forme de revenus complémentaires, de rachat partiel ou dans une perspective de transmission familiale.

Mais ça, c’était avant ! La fiscalité galopante, les prélèvements sociaux et contributions diverses depuis plusieurs années sont en train de s’emballer, au prétexte de justice sociale ou de solidarité nationale : « Il faut taxer les revenus du capital comme ceux du travail ».

Si la formule sonne bien en termes de communication marketing, elle n’en est pas moins décourageante, fausse et dangereuse à terme. Car on oublie trop facilement que le patrimoine de chacun provient généralement de revenus de travail préalablement taxés et fiscalisés.

De plus, les revenus du capital sont déjà aussi chargés que ceux du travail avec une différence notable : les prélèvements sociaux qu’ils supportent n’ouvrent droit en retour à aucune prestation sociale.

Le capital lui-même subit des ponctions pour lesquelles le travail est exempté : l’ISF, l’imposition des plus-values et, pour l’immobilier, les droits d’enregistrement à l’acquisition, la taxe foncière annuelle pendant la détention du bien.

Les revenus s’amenuisant progressivement, c’est le capital qui est alors mis à contribution !

Si la fiscalité est nécessaire, elle n’a pas pour vocation ni de décourager ni d’être prohibitive. Les épargnants n’ont rien volé, ils ont économisé sur les revenus de leur travail, après en avoir acquitté l’impôt entre autres. Leur tort serait d’avoir voulu percevoir les fruits de leur labeur, une pratique contraire à la nouvelle règle en vigueur qui empêche sournoisement les gens d’acquérir leur indépendance financière pourtant méritée.

Catégories
Consommation Ménages

Que faire avec moins de 1000 euros par mois ?

D’après l’INSEE, selon son analyse publiée en septembre 2010, près de 8 millions de français vivaient en dessous de ce seuil en 2008 (dernière données connues), soit environ 13% de la population française ; dont près de la moitié avait un niveau de vie inférieur à 773€ mensuels.

Si les données officielles indiquent que la pauvreté a plus ou moins stagné en France avec l’année précédente (13,4 % de la population en 2007), il est à craindre une accélération due aux répercutions de la crise économique, financière, immobilière et sociale pour les années à venir.

Les familles monoparentales sont les plus touchées puisqu’elles représentent 1,6 millions de foyers (2,7% de la population) avec en moyenne moins de 760 € de ressources mensuelles.

Généralement, la pauvreté augmente avec le nombre d’enfants dans le ménage.

Si le taux de pauvreté a reculé de 0,4 points (passant de 13,4% en 2007 à 13% en 2008), cette légère diminution est cependant à relativiser.

En effet, la Caisse Nationale des Allocations Familiales (CNAF) a utilisé, pour la 1ère fois en 2008, les données de l’administration fiscale pour mesurer les ressources ouvrant droit aux différentes allocations. Les prestations ont été calculées jusqu’au 31/12/2008 avec les revenus de 2006. De ce fait, le nombre de bénéficiaires a augmenté et a eu un impact de 0,2 points sur le taux de pauvreté. Une fois cet effet isolé, on considère le taux de pauvreté comme stable et avoisinant les 13% depuis 2004.

Le seuil de pauvreté
Est considéré comme pauvre, un ménage (ou un individu) dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté. Ce seuil est calculé par rapport à la médiane de la distribution des niveaux de vie. Il correspond à 60% du niveau de vie médian (19000 € annuels ou 1580 € mensuels en 2008) soit 949 € par mois pour l’année étudiée.

Les 10 % de la population les plus modestes ont un niveau de vie annuel inférieur à 10 520€ tandis que pour les 10 % les plus aisées, ce niveau est supérieur à 35 550€. Bien que l’écart à cesser de se creuser, il n’en reste pas moins que les plus aisés gagnent, en moyenne, 3,4 fois plus que les moins aisés.Au-delà de ce constat se pose un ensemble de questions consécutives :
1) Que faire avec moins de 1000 € par mois ?
2) Comment s’organiser pour essayer d’enrayer un pouvoir d’achat très bas ?
3) Que se passera t-il au moment de la retraite ou lorsque ces personnes ne seront plus en âge d’être actif ?
4) Comment préparer sereinement les études des enfants dans des conditions précaires ?
5) Comment faire pour construire sa vie lorsque nous sommes en état de dépendance financière ?
6) Enfin, avec qui pouvons nous en parler de manière constructive ?

Il existe des alternatives plus ou moins adaptées à chaque situation mais il est important de savoir que cette situation, si elle tend à gagner les couches moyennes de la population, n’est pas irrémédiable à celui qui en a d’abord conscience puis se donnera les moyens de son ambition personnelle et familiale.